Manifeste du ROC Suisse

Le Réseau Objection de Croissance suisse (ROC-Suisse) est une organisation indépendante du point de vue économique, politique et religieux. Il rassemble de façon informelle des personnes et des associations qui réfutent la doctrine de la croissance économique illimitée.

Escalier infini de la croissance

Le ROC veut être un espace où réfléchir et s’engager ensemble à l’élaboration d’alternatives anticapitalistes et antiproductivistes, pour une société respectueuse des équilibres sociaux et écologiques de la planète.

Les objecteur-trice-s de croissance défendent également une position critique à l’égard du concept de développement durable et de son (més)usage : toute tentative d’adaptation aux limites de la planète d’un modèle fondé sur la croissance relève d’une illusion savamment entretenue qui ne fait que perpétuer les inégalités et les problèmes sociaux existant.

Les territoires de réflexion et d’action du ROC s’étendent essentiellement autour de l’articulation des questions sociales et écologiques. Le système économique actuel, fondé sur le mythe d’une croissance illimitée, a engendré une séries de crises profondément entremêlées (écologique, sociale, politique) qui rendent urgente la construction d’une alternative englobant les différents aspects du problème.

Les menaces écologiques globales ainsi que l’augmentation des inégalités sociales exigent un radical renversement du paradigme dominant : la croissance n’est pas la solution, mais le problème. La diminution du PIB n’est pas un but en soi, mais le point de départ d’une critique sur le rôle central occupé par l’économie dans l’existence humaine. Une répartition plus égalitaire des richesses, tant au niveau local que global, et une réduction de l’impact environnemental des activités humaines sont les objectifs, prioritaires et indissociables, des objecteur-trice-s de croissance.

Dans cette perspective, le ROC s’engage :

  • pour une gestion responsable et participative des ressources naturelles et des biens communs
  • pour la relocalisation des activités économiques
  • pour une politique agricole fondée sur la souveraineté alimentaire, la production biologique et une alimentation moins carnivore
  • pour approfondir l’exercice des droits démocratiques des citoyen-ne-s sur les questions qui les concernent
  • pour l’élargissement de la sphère de l’autonomie, de la gratuité et des échanges non-commerciaux
  • pour la primauté de la valeur d’usage sur la valeur marchande
  • pour la libération de l’emprise publicitaire sur l’imaginaire collectif
  • pour la révision du système financier et monétaire
  • pour la diminution du temps de travail, au profit du temps de vivre
  • pour toute initiative créant les prémisses d’une société de convivialité.

Les actions menées par le ROC s’inscrivent dans trois dimensions complémentaires : au niveau individuel, à travers la promotion des principes de la simplicité volontaire ; au niveau collectif, par le soutien aux expériences associatives qui élaborent des alternatives au système socio-économique dominant, ; au niveau politique, par la participation au débat public et la diffusion des idées de la décroissance. Le ROC œuvre à ses objectifs en organisant des débats et des rencontres, en publiant des textes, et en promouvant ou en s’associant à des actions citoyennes inspirées par les principes de la non-violence et de la désobéissance civile. Son fonctionnement interne s’efforce de privilégier la recherche du consensus, l’horizontalité et la convivialité.

Une réflexion au sujet de « Manifeste du ROC Suisse »

  1. Ping : Il faut être fou pour croire à une croissance infinie dans un monde fini | Décroissance

Les commentaires sont fermés.