Archives pour la catégorie événement

Tu ce qui parle d’un événement en particulier

Construire l’espoir face à la catastrophe climatique

Café décroissance à Fribourg

Mercredi 24 juin, 20h

Centre le Phenix (Rue des Alpes 7, Fribourg)

avec Jacques Mirenowicz,
rédacteur en chef de « LaRevueDurable »

Tandis que la menace d’un dérèglement climatique catastrophique se fait de plus en plus précise, une réponse adaptée des principaux pays émetteurs de gaz à effet de serre se fait toujours attendre. A la veille du Sommet sur le climat, à Paris, fin 2015, plus aucun écologiste ne croit que de là viendra le salut. L’orateur, rédacteur en chef de LaRevueDurable, évoquera de multiples actions de la société civile qui émergent dans le monde et nourrissent l’espoir d’une prise en charge du climat qui refonde les sociétés industrielles en profondeur.

Organisation: Réseau Objection de Croissance Fribourg
Télécharger le flyer (.pdf)

Café décroissance à Fribourg

Mardi 26 mai, 20h

Centre le Phenix (Rue des Alpes 7, Fribourg)

Comment sortir de la croissance économique ?

avec Christian Arnsperger
professeur à l’Université de Lausanne

La croissance est dans tous les esprits, tous les discours politiques et économiques. Elle est pourtant, et plus que jamais, profondément insoutenable. L’orateur, économiste hétérodoxe, professeur à l’Université de Lausanne, évoquera certains obstacles et difficultés pratiques, économiques et psychologiques particulièrement redoutables qui bloquent la nécessaire sortie du régime de croissance économique en place et freinent l’invention d’un régime post-croissance alternatif.

Organisation : Réseau Objection de Croissance Fribourg (ROC-FR)
(Télécharger le flyer .pdf)

Café décroissance « L’éducation à domicile, une alternative décroissante à l’école? »

Le ROC-Vaud est heureux de vous convier à son prochain Café décroissance, qui aura lieu comme d’habitude à Pôle Sud le mardi 5 mai 2015 à 19h, avec comme thème « L’éducation à domicile, une alternative décroissante à l’école? », et comme intervenant-e-s :

Mical Vuataz Staquet, titulaire du brevet d’avocat, est maman de trois  enfants instruits en famille, dont l’aîné a dix-neuf ans. feelogoElle est fondatrice du centre « Faire l’Ecole En Liberté » (FEEL), nouvellement créé dans le canton de Vaud, qui offre aux parents pratiquant l’instruction en famille (ou « école à domicile ») un lieu d’activités et d’échange spécifiquement conçu pour les aider dans leur mission d’éducation.

Mathieu Glayre, objecteur de croissance et co-rédacteur du journal romand  d’écologie politique Moins!. Il travaille également en tant qu’enseignant avec de jeunes migrant-e-s. Depuis la rentrée passée, avec sa compagne et un couple d’ami-e-s, il a décidé de tenter l’aventure de la déscolarisation de ses 3 enfants.

Plusieurs penseurs critiques de la croissance ou provenant de l’écologie politique se sont intéressés à la critique de la scolarisation de la société, pour faire le constat comme Ivan Illich que l’éducation, dans nos sociétés modernes, se réduisait souvent à un produit de consommation comme un autre. Cependant, remettre en question le paradigme de l’éducation obligatoire, revendiqué comme un héritage précieux des luttes menées par nos ancêtres pour une éducation disponible pour tou-te-s, ne va pas de soi.

Or l’école du 21ème siècle subit, comme d’autres institutions, les effet des politiques néolibérales : inégalités sociales accrues, assujettissement croissant des élèves à la logique de la concurrence et au mécanisme de l’endettement, marchandisation de la culture et des savoirs, transformation des institutions publiques en « entreprises », etc.

Dès lors, les critiques de la société de croissance, chères aux courants se réclamant de l’écologie, peuvent-elles faire l’économie de ce que Ivan Illich nomme le mythe de l’éducation nationale brute : « jeter à bas le mythe du « produit national brut » ne se conçoit pas sans s’attaquer en même temps à celui de « l’éducation nationale brute » qui conduit à la capitalisation de la main d’œuvre » (« Une société sans école », 1971) ?!

Notre Café décroissance propose donc de s’attaquer à ce mythe, et de tenter de répondre aux questions suivantes grâce à nos deux invité-e-s :

Les apprentissages capturés en-dehors du cadre de l’institution ne sont-ils pas largement dénigrés dans nos sociétés ?

L’apprentissage peut-il se faire en dehors de la consommation normalisée du savoir ?

Quelles formes de résistance pouvons-nous mettre en place pour que se forment des personnes libres de refuser les mirages de la société de croissance ?

 

La soirée est organisée par le ROC-VD dans le cadre de ses « cafés décroissance » en partenariat avec Pôle Sud.

Informations pratiques

Le débat continue de manière informelle autour d’une soupe que le ROC-VD vous prépare. L’idée est que nous nous chargeons de cette soupe, et que vous apportiez, si vous le désirez, de quoi compléter cette soupe. Vous pourrez également acheter un verre au bar.

Au plaisir de vous retrouver nombreux et nombreuses!

Marché Gratuit et soirée sur le partage

Marché_Gratuit_ROC-PoleSUD

Le ROC Vaud est heureux de vous inviter à son Marché Gratuit (cf. affiche ci-dessus) le mardi 7 avril 2015 à Pôle Sud.

En effet, à la place de notre traditionnel Café Décroissance mensuel, nous vous invitons à une soirée spéciale sur le thème du partage.

Cette fois-ci, il n’y aura pas de long discours mais une introduction à quelques initiatives régionales de partage suivie d’un marché gratuit.

Programme de la soirée :

19h: Présentations des initiatives locales

Collectif Entropia (Nyon)
– Systèmes d’échanges locaux (SEL de Lausanne)
– Association Viv(r)e la gratuité (Vevey)
Autocollant Pumpipumpe – Suisse Romande

20h: Marché gratuit autour d’une soupe canadienne.

Venez avec ce dont vous n’avez plus besoin, ou les mains vides, partez avec ce qui vous sera utile. Au marché gratuit, il n’y a pas d’échange d’argent, ni même de troc. On donne et reçoit sans obligation de réciprocité. Il ne s’agit pas d’un débarras. A la fin de la soirée, chacun récupère ses objets qui n’ont pas trouvé preneur.

Pendant cette soirée, nous partagerons comme d’habitude une soupe. L’idée est que nous nous chargeons de cette soupe, et que vous apportiez, si vous le désirez, de quoi la compléter. Vous pouvez également acheter un verre au bar.

La soirée est organisée par le Réseau Objection de Croissance – Vaud (ROC-VD) en partenariat avec Pôle Sud, centre socioculturel de l’Union Syndicale Vaudoise.

Au plaisir de vous retrouver nombreux et nombreuses!

 

Café Décroissance « Des voisinages conviviaux pour une société à 2000 watts »

Cafe_decroissance

Le ROC (Réseau Objection de Croissance) – Vaud est heureux de vous convier à son prochain Café décroissance qui aura lieu mardi 3 mars 2015 à 19h à Pôle Sud, av. Jean-Jaques Mercier 3 à Lausanne

Il s’intitule :

« Des voisinages conviviaux pour une société à 2000 watts »

Savourer ensemble plutôt que de renoncer chacun pour soi; construire non seulement des logements, mais des voisinages: tel est le concept de Redémarrer la Suisse. En transformant nos cités anonymes en voisinages multifonctionnels avec une vie interne intense, nous pouvons surpasser l‘objectif de la société à 2000 watts, préserver la planète – et avoir beaucoup de plaisir ensemble!

10993443_730292710401350_3060898245855842738_nL’association Neustart Schweiz/Redémarrer la Suisse, fondée en 2010, propose de prendre conscience du potentiel écologique colossal qu’offre la réorganisation sociale. Plateforme d’universitaires et d’activistes, l’association aspire à la diffusion et la mise en œuvre du concept de «voisinage écologique et socio-économique», comme modèle de société post-croissance. Ce concept ne représente pas un projet à réaliser tel quel mais plutôt un modèle et une direction théoriques permettant d’identifier ce qu’on pourrait faire et ce qui est déjà fait.

La mise en pratique de ce modèle nécessite de l’imagination, du courage et des nouvelles formes de coopération et de partage. C’est ce que vient nous présenter Thomas Gröbly lors de ce Café Décroissance.

Chargé de cours dans les domaines de l’éthique et de la durabilité, Thomas Gröbly est coauteur du livre « Die Zukunft ist ethisch – oder gar nicht » (L’avenir sera éthique ou ne sera pas) et a publié en 2011 « Hunger nach Gerechtigkeit. Perspektiven zur Überwindung der Armut » (« La soif de justice. Perspectives d’éradication de la pauvreté »).

Son activité en tant qu’indépendant se déploie dans le cadre de son « laboratoire d’éthique », Ethik-Labor. Dans ce contexte, Thomas Gröbly intervient dans des conférences, anime des débats et donne des cours. Il est également membre du Conseil de la recherche agronomique et membre du comité de l’association Redémarrer la Suisse.

Informations pratiques

La soirée est organisée par le Réseau Objection de Croissance – Vaud (ROC-VD) en partenariat avec Pôle Sud, centre socioculturel de l’Union Syndicale Vaudoise.

Le débat continue de manière informelle autour d’une soupe que le ROC-VD vous prépare.

L’idée est que nous nous chargeons de cette soupe, et que vous apportiez, si vous le désirez, de quoi la compléter. Vous pouvez également acheter un verre au bar.

Au plaisir de vous retrouver nombreux et nombreuses!

Café décroissance « Pour un Municipalisme libertaire ? »

Cafe_decroissance   Le ROC-Vaud se réjouit de vous inviter à son prochain Café décroissance qui aura lieu mardi 3 février 2015, dès 19h à Pôle Sud, Av. Jean-Jacques Mercier 3 à Lausanne. Il est intitulé

“Pour un Municipalisme libertaire ?”

GERBER-Bookchin Nous recevrons à cette occasion Vincent Gerber, auteur Suisse, historien de formation, qui travaille comme journaliste et rédacteur de soustitres pour malentendants. Il est le fondateur de la plateforme Internet Écologie sociale.ch, un portail francophone sur l’écologie sociale qui met à disposition du public francophone textes et informations sur la question. Après « Murray Bookchin et l’écologie sociale », il vient de faire paraître « Murray Bookchin, pour une écologie sociale et radicale » avec Floréal Romero, où est abordée notamment une des propositions phares de Bookchin, à savoir le municipalisme libertaire. L’écologie sociale est un mouvement d’écologie politique né dans les années 60 aux Etats-Unis, sous la plume de Murray Bookchin (1921-2006). Libertaire dans la tradition de Kropotkine, Morris et quelques autres, Bookchin va placer la thématique écologique au cœur des théories de la gauche radicale et recentrer le débat sur l’échelon local de la vie quotidienne et sa « réhumanisation », de la décentralisation des villes, du développement des énergies renouvelables locales et de la démocratie directe. Son « écologie sociale » postule que les problèmes écologiques sont de nature profondément sociale. Un projet de société écologique doit aborder autant les problèmes de cycles naturels que les questions de domination et d’exploitation, de besoins et de dépendance, qui imprègnent nos sociétés capitalistes de croissance. Ses théories ont trouvé leur expression la plus concrète dans le « municipalisme libertaire ». Un projet politique qui entend développer la démocratie directe (sans politiciens professionnels élus), basée à l’échelon le plus proche des gens, les communes et les quartiers. Son but est la mise sur pied d’une confédération de lieux intimement liés mais autonomes politiquement et dans lesquels les citoyens participent activement à la gestion de la vie publique. La soirée est organisée par le ROC-VD dans le cadre de ses « cafés décroissance » en partenariat avec Pôle Sud. Informations pratiques Le débat continue de manière informelle autour d’une soupe que le ROC-VD vous prépare, grâce aux Jardins du Flon qui nous fournissent les légumes. L’idée est que nous nous chargeons de cette soupe, et que vous apportiez, si vous le désirez, de quoi compléter cette soupe. Vous pourrez également acheter un verre au bar comme auparavant. Au plaisir de vous retrouver nombreux et nombreuses!

Café décroissance sur Ecopop avec Anne-Catherine Menétrey-Savary

Le ROC-Vaud est heureux de vous inviter à son prochain Café décroissance…

« Trop d’humains ou trop d’égoïstes ? Ecopop en débat »

qui aura lieu le mardi 7 octobre 2014 à 19h, à Pôle Sud.

Invitée : Anne-Catherine Menétrey-Savary.

Présentation :

Le 30 novembre prochain les ciotyen-ne-s suisses devront se prononcer sur l’initiative « Halte à la surpopulation – Pour la préservation des ressources naturelles », lancée par Ecopop, du nom de l’association « Ecologie et population ». Cette initiative s’inscrit clairement dans le prolongement de celle xénophobe de l’UDC contre «l’immigration de masse» visant à imposer des contingents, tout en allant plus loin puisqu’elle veut limiter à 0,2% par an la croissance de la population résidente.

http://www.partipourladecroissance.net/?page_id=8935

http://www.partipourladecroissance.net/?page_id=8935

Si les initiant-e-s prétendent s’attaquer aux effets néfastes de la croissance (mitage du territoire, infrastructures de transport insuffisantes, logements inabordables, ressources énergétiques non renouvelables, etc.) ils font en fait porter le chapeau à l’immigration et à la surpopulation des pays en développement. Ce réflexe néomalthusien n’est malheureusement pas récent dans l’histoire de l’écologie politique.

On peut en effet parler de tradition néomalthusienne au vu des écrits sortis durant les 50 dernières années : ceux de Paul Ehrlich, en 1968, proposant des stérilisations forcées pour éviter l’apocalypse pour l’an 2’000 ; ceux de Garrett Hardin en 1974, plaidant pour le contrôle des naissances et une suspension de l’aide alimentaire aux pays pauvres car la survie de l’occident l’exigerait ; l’appel pour une réduction importante de la population, dans les années 1980, de la part des membres du mouvement de la deep ecology (Dave Foreman appelle à ne pas apporter d’aide en Ethiopie durant la famine pour « laisser la nature retrouver un équilibre »). Plus récemment enfin, en 2009, à l’aube du Sommet de Copenhague, le think thank Optimum Population Trust défendait une étude démontrant qu’il valait mieux économiquement investir dans le planning familial que dans les énergies renouvelables pour baisser le CO2.

Mais pour la plupart des décroissants, ce sont bien les modes de production et de consommation qui aggravent le dérèglement climatique. Pour aborder ces questions, et montrer que l’équation d’Ecopop selon laquelle si l’on était moins nombreux on respecterait davantage la nature ne tient pas, nous aurons la chance d’accueillir pour un Café décroissance, Anne-Catherine Menétrey-Savary, ancienne membre du Parti ouvrier et populaire (POP), ancienne conseillère nationale et actuelle membre des Verts.

Entrée libre.

Informations pratiques

Quoi ? Le débat se continue de manière informelle autour d’une soupe que le ROC-VD vous prépare. L’idée est que nous nous chargeons de cette soupe, et que vous apportiez, si vous le désirez, de quoi compléter cette soupe. Vous pourrez également acheter un verre au bar comme auparavant.

Organisation : Réseau Objection de Croissance – Vaud (ROC-VD) en collaboration avec Pôle Sud

Où ? : Pôle-Sud, Avenue Jean-Jacques Mercier 3, 1003 Lausanne (Métro M1-M2, arrêt Flon)

Au plaisir de vous retrouver nombreux et nombreuses!

Départ de la caravane à vélo décroissante

Prenez part à la caravane à vélo décroissante qui roule à la conférence internationale sur la décroissance à Leipzig et rejoignez-nous! … même si c’est que pour une petite étape!

Le départ aura lieu le 3 août à 10h sur la Plaine de Plainpalais à Genève avec une critical mass à vélo contre les OGM jusqu’à Morges, organisée en collaboration avec STOP OGM.

Merci de nous annoncer votre présence, vous trouvez les dates des différents arrêts sur notre page Web: http://velokarawaneleipzig.wordpress.com

Roulons ensemble pour un été qui bouge!

Caravane à vélo Leipzig

Soirée de soutien en faveur de la caravane à vélo

Le comité de la caravane à vélo pour rouler à la conférence sur la décroissance à Leipzig vous invite touTEs à la soirée de soutien du 19 juin à l’espace autogéré. C’est l’occasion de mieux connaître notre groupe et notre projet ou simplement passer une soirée conviviale avec nous autour d’un repas végan.

Où: Espace autogéré à Lausanne

Quand: Jeudi, le 19 juin vers 20h

Caravane à vélo Leipzig