Café décroissance – Les multinationales à l’ère de l’Anthropocène

Nous sommes heureuses et heureux de vous convier le mardi 3 mai, comme d’habitude à 19h à Pôle Sud à Lausanne pour notre Café Décroissance qui aura comme thème :

Les multinationales à l’ère de l’Anthropocèneunnamed

L’activité humaine serait-elle devenue une force tellurique si puissante qu’elle altère irréversiblement l’environnement ? Cette hypothèse porte un nom : l’anthropocène. Ce qui arrive à la planète n’est pas une crise environnementale, c’est une révolution géolgique d’origine humaine. Les traces de notre âge urbain, consumériste, chimique et nucléaire resteront des milliers voire des millions d’années dans les archives géologiques de la terre.

Inconnu il y a vingt ans, rarement un terme scientifique aura si vite intégré le vocabulaire courant. Les chercheurs débattent sur le début de cette nouvelle ère. Mais l’enjeu n’est pas seulement scientifique, il est aussi politique et recouvre des débats décisifs pour l’avenir même de la vie sur Terre.

Que signifie une ère géologique dans le vocabulaire instantané des multinationales dont les profits sont calculés au trimestre ? Comment apréhender les décisions prises par des managers basés sur les bénéfices financiers immédiats de ces entreprise alors que leurs impacts aura des conséquences à l’échelle planétaires sur des milions d’années ?

Après une introduction sur la thématique de l’anthropocène et ses grands enjeux, la deuxième partie de soirée sera consacrée à une discussion participative sur le paradoxe temporel entre le temps long et les profits immédiats des multinationales.

Intervenant

Nicolas Kramar, directeur du Musée de la Nature de Sion. Le musée accueille une exposition autour de l’Anthropocène du 18 juin 2016 au 8 janvier 2017.

Cet événement fait partie de la série Au nom du profit tout est permis.

Informations pratiques

La soirée est organisée par le Réseau Objection de Croissance – Vaud (ROC-VD) en partenariat avec Pôle Sud.

Le débat continue de manière informelle autour d’une soupe que le ROC-VD vous prépare. L’idée est que nous nous chargeons de cette soupe, et que vous apportiez, si vous le désirez, de quoi la compléter. Vous pouvez également acheter un verre au bar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *