Café décroissance sur Ecopop avec Anne-Catherine Menétrey-Savary

Le ROC-Vaud est heureux de vous inviter à son prochain Café décroissance…

« Trop d’humains ou trop d’égoïstes ? Ecopop en débat »

qui aura lieu le mardi 7 octobre 2014 à 19h, à Pôle Sud.

Invitée : Anne-Catherine Menétrey-Savary.

Présentation :

Le 30 novembre prochain les ciotyen-ne-s suisses devront se prononcer sur l’initiative « Halte à la surpopulation – Pour la préservation des ressources naturelles », lancée par Ecopop, du nom de l’association « Ecologie et population ». Cette initiative s’inscrit clairement dans le prolongement de celle xénophobe de l’UDC contre «l’immigration de masse» visant à imposer des contingents, tout en allant plus loin puisqu’elle veut limiter à 0,2% par an la croissance de la population résidente.

http://www.partipourladecroissance.net/?page_id=8935

http://www.partipourladecroissance.net/?page_id=8935

Si les initiant-e-s prétendent s’attaquer aux effets néfastes de la croissance (mitage du territoire, infrastructures de transport insuffisantes, logements inabordables, ressources énergétiques non renouvelables, etc.) ils font en fait porter le chapeau à l’immigration et à la surpopulation des pays en développement. Ce réflexe néomalthusien n’est malheureusement pas récent dans l’histoire de l’écologie politique.

On peut en effet parler de tradition néomalthusienne au vu des écrits sortis durant les 50 dernières années : ceux de Paul Ehrlich, en 1968, proposant des stérilisations forcées pour éviter l’apocalypse pour l’an 2’000 ; ceux de Garrett Hardin en 1974, plaidant pour le contrôle des naissances et une suspension de l’aide alimentaire aux pays pauvres car la survie de l’occident l’exigerait ; l’appel pour une réduction importante de la population, dans les années 1980, de la part des membres du mouvement de la deep ecology (Dave Foreman appelle à ne pas apporter d’aide en Ethiopie durant la famine pour « laisser la nature retrouver un équilibre »). Plus récemment enfin, en 2009, à l’aube du Sommet de Copenhague, le think thank Optimum Population Trust défendait une étude démontrant qu’il valait mieux économiquement investir dans le planning familial que dans les énergies renouvelables pour baisser le CO2.

Mais pour la plupart des décroissants, ce sont bien les modes de production et de consommation qui aggravent le dérèglement climatique. Pour aborder ces questions, et montrer que l’équation d’Ecopop selon laquelle si l’on était moins nombreux on respecterait davantage la nature ne tient pas, nous aurons la chance d’accueillir pour un Café décroissance, Anne-Catherine Menétrey-Savary, ancienne membre du Parti ouvrier et populaire (POP), ancienne conseillère nationale et actuelle membre des Verts.

Entrée libre.

Informations pratiques

Quoi ? Le débat se continue de manière informelle autour d’une soupe que le ROC-VD vous prépare. L’idée est que nous nous chargeons de cette soupe, et que vous apportiez, si vous le désirez, de quoi compléter cette soupe. Vous pourrez également acheter un verre au bar comme auparavant.

Organisation : Réseau Objection de Croissance – Vaud (ROC-VD) en collaboration avec Pôle Sud

Où ? : Pôle-Sud, Avenue Jean-Jacques Mercier 3, 1003 Lausanne (Métro M1-M2, arrêt Flon)

Au plaisir de vous retrouver nombreux et nombreuses!

7 réflexions au sujet de « Café décroissance sur Ecopop avec Anne-Catherine Menétrey-Savary »

  1. Gontran

    Bonjour, je suis très déçu par la tournure de ce futur café decroissance qui se base vraissemblablement sur une argumentation fausse (*) et basée sur de l’émotionnel démagogique pour un « débat » biaisé d’avance : « montrer que l’équation d’Ecopop … ne tient pas » Dommage, vraiment dommage! Surtout que l’initiative d’Ecopop est extrêmement courageuse et appropriée :
    (1) elle aborde le thème de la surpopulation alors que presque aucun politicien n’ose le faire.
    (2) elle permet (surtout si elle passe) de lancer un débat international sur le sujet pouvant avoir un impact mondial.
    (3) elle participe à une réflexion générale qui au-delà du nombre va aussi nous permettre (notamment par diffusion de matière grise) de diminuer notre impact par habitant sur l’environnement! A noter que l’équation { Pollution générale humaine = Pollution moyenne par habitant * Nombre d’habitants } est indiscutable et supposer que de se focaliser sur un seul facteur sera suffisant est naïf! A noter qu’une des critiques essuyée par Ecopop étant justement qu’ils ne s’occupent pas explicitement de la réduction de la Pollution moyenne par habitant, cela se contre facilement en constatant que ce sujet est (a) implicite (b) pragmatiquement inabordable dans une initiative populaire, on ne pourrait pas aborder les milliers de facteurs qui peuvent participer à la décroissance. (c) plein d’associations s’occupent très bien des idées de réduction de pollution, mais quasiment jamais de l’amplitude numérique de la population, il fallait donc bien que quelqu’un le fasse!
    (4) Le planning familial proposé par Ecopop est LIBERATEUR car il est volontaire et ne s’oppose pas à d’autres aides du genre éducation ou nourriture mais agit forcement de manière complémentaire! Sachant de plus que même en Suisse énormément de naissances ne sont pas planifiées une meilleure prise de conscience sur ce sujet ne peut-être que positive et accessoirement éviter de nombreux avortements et shocks chimiques à la pilule du lendemain.
    (5 (*) ) Le côté restriction niveau circulation des personnes est en effet un point commun avec l’initiative UDC, au niveau de l’impact écologique, la similarité s’arrêtant là! Pour ce qui est d’un risque de baisse économique : PNB etc. qui ne sont que des indicateurs quantitatifs, tant mieux et voilà de la vraie décroissance! « Paul Ehrlich, en 1968, proposant des stérilisations forcées » Mais qu’est ce que ces horreurs historique fascistes viennent faire là dedans? Il est écrit noir sur blanc que le planning familial serait volontaire donc : PLUS DE LIBERTÉ combien de fois on devra l’écrire pour que les pulsions natalistes individuelles cessent d’interférer avec la rationalité psychique de leur incarnation! « Garrett Hardin en 1974, … une suspension de l’aide alimentaire » Encore une fois rien à voir, Ecopop ne va rien suspendre de ce côté! … et le 10% pour le planning familial ? Oui mais il n’y a pas de limite sur l’aide totale, il suffit pour cela de morde à grandes dents dans le budget inutile de l’armée pour avoir une aide globale encore plus grande. « Mais pour la plupart des décroissants, ce sont bien les modes de production et de consommation qui aggravent le dérèglement climatique » Ignorant le facteur (Nombre d’habitants) de l’équation fondemmentale de la pollution humaine globale, mais qu’est ce qui ne passe pas au niveau de la multiplication ? Penser que ça va se résoudre juste en fournissant de l’éducation (bizarrement sans planning familial) et des moyens de subsistance est une illusion, une des propriétés de base de la vie est d’occuper toute la place disponible et il faut une éducation extrêmement solide avec du planning familial inclu pour que l’être humain puisse courber son amplitude vers le bas afin de garantir sa survie descente sur cette planète! Et pas seulement pour les Européens ou les Suisses, car c’est bien le tiers monde qui bénéficierait le plus d’une stabilisation climatique!

    Salutations!
    p.s. : je ne viendrai pas au « débat » vu qu’il s’agit juste de « montrer que l’équation d’Ecopop … ne tient pas, »

    Répondre
  2. Francis Drayer

    Bonjour,
    Je ne pourrai malheureusement pas participer à ce débat, qui m’aurait pourtant intéressé, d’autant plus que je suis sceptique sur votre objectivité. Vous annoncez d’emblée que le problème n’est pas la surpopulation, mais l’égoïsme, sans laisser planer de doute sur les intentions xénophobes de l’initiative.
    Si vous aviez un peu de rigueur scientifique, vous ne pourriez que constater qu’une croissance, aussi minime soit-elle, ne peut être supportable à long terme dans un monde fini. Bien sûr, ce n’est pas pour demain que les limites seront atteintes, mais cela est néanmoins certain. Pour ma part, je n’ai rien à craindre, ni pour mes enfants et peut-être non plus pour mes petits-enfants. Mais au-delà? Après moi le déluge pensent évidemment la plupart des politiciens, mais vous, les décroissants comme vous vous qualifiez, quelle logique suivez-vous?
    Je crois fermement en une croissance du bonheur, qui elle peut être sans limite, mais rejette l’idée qu’un nombre indéfiniment croissant d’individus sera supportable pour notre planète.
    Ou bien souhaitez-vous remettre aux générations futures le fardeau de cette décision?
    Quant à la question de savoir s’il y a trop d’égoïstes, la réponse est naturellement oui, puisque l’équation humain = égoïste se vérifie dans la majorité des cas et ne semble pas en voie de mutation.
    Comment donc supprimer les égoïstes? Telle serait plutôt la question à débattre…

    Répondre
  3. Martouf

    Je vous invite à aller lire l’avis de ce blog…. . La population suisse augmente de part l’immigration… et qui a le droit d’immigrer en suisse ? … Ceux qui ont un emploi !
    => Donc si l’on veut imiter la population, il suffit de limiter la création d’emploi… création d’emploi qui est toujours faite au nom de la sainte croissance…. alors qu’on en a pas besoin pour vivre correctement, vu que nous vivons dans l’abondance !

    Mais cette abondance n’est pas partagée !
    Je vous recommande de voter pour un Revenu de Base Inconditionnel, c’est un outil très efficace. Avec seulement 1/3 du PIB, on fait vivre tout le monde et on a pas besoin de mettre en place une promotion économique qui va chercher à implanter des multinationales étrangère en suisse.. ceci en augmentant la population résidente sans réussir à combattre le chômage…

    La planète est en pleine transition démographique, cette transition amorcée il y a 150 ans dans le monde occidental va s’achever d’ici ~30 ans dans le monde entier. Depuis là la population sera stable. Nous serons donc globalement 9 milliards. Et il est possible de faire vivre 9 milliards de personnes sur cette planète. Mais pas avec n’importe quel mode de vie.

    Avec une agriculture de type permaculture et pas avec une agriculture de destruction massive… et en relocalisant l’économie. Pas en faisant tourner les marchandises selon des circuits débiles mais qui sont moins cher par de nombreuses distorsions économiques….

    Que voulons nous privilégier ?
    – Les humains ?
    – Un système économique aberrant ?

    Voilà le choix à faire….

    Répondre
  4. Gontran

    Un petit article sur leTemps.ch :La gauche craint les effets d’Ecopop

    Et bien sûr pas moyen de mettre un commentaire (*1), ni d’ailleurs sur le site de madame Regula Rytz qui récite le mantra politique habituel de cette façon : « Selon Ecopop, c’est le nombre de personnes qui est responsable des problèmes environnementaux et non le mode de consommation égoïste des pays industrialisés »

    Donc comme les autres elle n’a pas compris que :
    (1) Qu’il y a 2 facteurs!
    (2) Qu’Ecopop est concient des 2 facteurs et les mentionne explicitement dans le nom de l’association (Ecologie-Population).
    (3) Qu’Ecopop ne peut pas chasser les deux facteurs à la fois, et surtout pas avec une initiative fédérale!
    (4) Ecopop n’a jamais dit ni écrit que le mode de consommation n’a pas d’importance! Je ne sais pas d’où les politiciens arrivent à sortir ce genre d’inepties ? Si ce n’est par la faute d’une analyse pas assez approfondie menant des verts à « taper » sur d’autres verts! Malheureux gaspillage d’énergie!
    (5) « … prônent une croissance différente, basée sur le renouvellement des ressources. » Et voilà les verts prônent aussi une croissance basée sur les ressources renouvelables, mais toujours une croissance! Faudra bien qu’elle s’arrête la croissance matérielle et ses ressources en méga-tonnes renouvelables ou pas, parce que les ressources renouvelables aussi sont limitées en terme de part consommable par unité de temps! Bref encore un demi siècle ou deux et les vert officiels vont embrasser le concept de croissance qualitative : santé, intelligence, équilibre et bons rapports sociaux ce qui en fait devrait pousser à s’occuper principalement du local tout en pensant global ce qui peut par exemple donner ceci :
    (a) une certaine forme de déclin économique est bénéfique, par exemple si :
    (*) Il diminue le trafic motorisé en général, y compris les avions qui en cette période de pandémie hémorragique deviennent des épées de Damoclès virales!
    (*) Des gens très riches vont habiter ailleurs et bien ça fera diminuer le coût de l’immobilier en permettant à des moins riches de déménager chez eux et ainsi de suite.

    Et la croissance matérielle pourrait se centre sur des choses sérieuses (pas seulement bruler un maximum de kérosène pour trimbaler des gens qui de toutes façon s’emm… en vacances … un comble), comme par exemple la défense anti-météorite, des programmes de prévention santé y compris le planning familial 🙂

    (*1) Facebook est une bonne excuse, on se fait engloutir sous la croisance publicitaire exponentielle et le mnusélement de la contestation est effectif!

    Répondre
  5. Julien

    Bonjour,

    Le problème est bien là : avec son initiative Ecopop nous laisse croire que le seul facteur sur lequel agir est la population.

    Or la population n’est pas le facteur sur lequel agir pour décroître. C’est le problème avec Ecopop, c’est qu’on veut nous faire croire qu’en baissant la population (donc, en Suisse, en supprimant l’immigration) on va baisser notre empreinte écologique, consommer moins, arrêter avec la croissance infinie.

    Mais malheureusmeent cela n’a rien à voir. On sait par exemple que la consommation énergétique en Suisse se développe bien plus vite que l’augmentation de la population résidente… On sait aussi que ce ne sont pas les étrangers qui arrivent sur le territoire suisse qui vont polluer le plus ou provoquer le mitage du territoire : sur les 22% d’étrangers déjà présents en Suisse, il n’y a que 6% de propriétaires de logements…

    Donc Ecopop veut faire reposer les problèmes de la croissance en Suisse sur le dos des étrangers, ceux-là même qui ont dans leur pays des empreintes écologiques 10 fois moindre que celle de la Suisse, laquelle, rappelons-le, consomme 5 planètes !

    « (2) Qu’Ecopop est concient des 2 facteurs et les mentionne explicitement dans le nom de l’association (Ecologie-Population). »

    Elle en est consciente ? Elle dit par ses représentant-e-s qu’elle ne se préoccupe guère d’économie, que pour elle, seule compte la Nature… dès lors le mode de vie et de consommation matériel dans ce pays, et ses conséquences ne l’intéresse pas. Seul compte la dénatalité, et l’expulsion des personnes dites surnuméraires – car plutôt que de partager le gâteau, les membres d’Ecopop préfèrent continuer de vivre dans leurs grandes propriétés non loin des villes pour jouir d’un climat préservé – voilà la vérité qui fait mal.

    Répondre
  6. Gontran

    @Julien Désolé mais vous avez visiblement mal interprété le message d’Ecopop, comme la majorité des politiciens obnubilés par la quantité de votes qu’ils vont recevoir et la peur de ne pas être en accord avec la majorité des votants!

    « Elle en est consciente ? Elle dit par ses représentant-e-s qu’elle ne se préoccupe guère d’économie, que pour elle, seule compte la Nature… »

    SVP pointez-moi une seule ligne du site Ecopop.ch où une absurdité est exprimée! C’est très probablement une phrase qui à été déformée par les adversaires d’Ecopop! En fait il était grand temps que ce sujet de la décroissance en population soit abordé au niveau politique! Ecopop l’a fait! Vive Ecopop 🙂

    ———>
    Je vois comme la phrase a été mal interprétée (le fait que ça aie été probablement traduit de l’allemand ne doit pas aider) : Ce qu’ils veulent dire c’est que la nature passe avant l’économie monétaire (PNB etc.), mais ils n’ont absolument rien contre les économies de carburant, polluants etc. Mais comme certaines personnes sont viscéralement contre toute idée de planning familial les mauvaises interprétations et la mauvaise fois foisonnent!

    Et ils ont raison : la nature prime sur l’économie financière (PNB etc.), il vaut mieux être plus pauvre dans un bon milieu naturel que riche dans un milieu pollué et devoir se payer plein de truc médicaux pou supporter! Donc la conclusion générale est exactement l’inverse de la vôtre car :

    une diminution de la population Suisse impliquant peut-être une légère régression économique on polluera automatiquement doublement moins car moins de personnes et moins riches, la nature y gagne et nous aussi, car gageons qu’une grande partie du PNB perdu sera du PNB-pharmaceutique et donc du PNB indicateur de problèmes de santé qui une fois perdu implique que l’on est en meilleure santé HOURRA!

    Pfffff …. Le temps qu’il faut passer pour expliquer des évidences!

    A noter qu’une contraception efficace est très difficile à maintenir sur plusieurs générations car la nature va s’évertuer à la contourner en sélectionnant des physiologie ou des comportements qui la court-circuitent! Ils est donc capital de prendre la chose très sérieusement au niveau politique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *