Café décroissance avec Paul ARIES

Centre le Phénix, Rue des Alpes 7, Fribourg

LES CLASSES POPULAIRES AU SECOURS DE LA PLANÈTE

Modération : ALAIN MAILLARD

« J’ai envie de pousser un coup de gueule contre l’idée qu’il n’y aurait rien de bon à attendre des gens affiche-U2C-A3-paul aries-juin2013ordinaires au regard de la situation écologique. C’est à qui dénoncera le plus vertement leur rêve de grand écran de télévision, leurs vieilles voitures polluantes, leurs logements mal isolés, leurs achats dans les hypermarchés,  etc. Ce mépris des milieux populaires ne résiste pourtant pas à l’analyse. Tous les indicateurs prouvent que les milieux populaires ont une bien meilleure empreinte écologique que le reste de la population.

Ce n’est pas d’abord parce qu’ils sont plus pauvres que les milieux populaires ont un meilleur bilan carbone mais parce qu’ils ont (encore) d’autres modes de vie. Les gens ordinaires entretiennent d’autres rapports au travail, à la consommation, au temps, à l’espace, à la nature, au temps libre, à la maladie, au vieillissement, à la mort donc à la vie. Il est temps de les remettre en valeur. »

Auteur de nombreux ouvrages, orateur hors pair et rédacteur en chef de la revue les Z’Indigné(e)s, Paul Ariès allie une critique perçante du système productiviste à la capacité de dessiner de nouveaux horizons pour une société soutenable et souhaitable. Dans ce dernier livre, Ecologie et cultures populaires ce sont les modes de vie des classe populaires qui offrent à l’auteur des nouveaux raisons pour ne pas baisser les bras face à la barbarie du système économique. 

Une rencontre organisée en collaboration avec SEPT.info, à ne pas manquer!