Appel à contribution

Nous relayons ici un appel à contribution de nos ami-e-s du journal Moins!

Notre prochain dossier aura pour thème «être objecteur-ice de croissance aujourd’hui». A cette occasion, nous souhaitons donner la parole à vous qui êtes sympathisant-es des Réseaux d’Objection de Croissance pour que vous partagiez la manière dont vous vivez vos convictions décroissantes au quotidien. Par quel déclic êtes-vous devenu·e objecteur·rice de croissance? Comment cela se passe-t-il avec vos ami·es et votre famille? Avez-vous fait votre «coming-out» auprès de vos collègues? Quelles sont vos difficultés et vos satisfactions? Réussissez-vous à traduire vos convictions en actes politiques? Autant de questions et bien d’autres encore auxquelles nous espérons des réponses de votre part.

Notre intention n’est pas de faire un hit parade des champion·nes de la décroissance, mais plutôt de présenter la diversité des sensibilités parmi des personnes simples, qui ne soient ni avant-gardistes, ni super-héros. Nous serions particulièrement honoré·es de recevoir des témoignages de lecteur·rices qui nous lisent depuis nos débuts, 50 numéros déjà!

Nous attendons vos contributions par écrit (une page  A4 max), par e-mail (info@achetezmoins.ch) ou par poste (journal Moins!, p.a. Basta!- rue du Petit-Rocher 3- 1004 Lausanne) avant le 31 octobre.

Une réflexion au sujet de « Appel à contribution »

  1. Parisot

    Me sentant très concerné par toutes les problématiques écologiques en général, je souhaiterais savoir si vous auriez connaissance d’associations ou de mouvements militants quelconques, prônant ou encourageant la décroissance numérique, et actifs plutôt dans le canton du Jura (ou le plus près possible) où je réside. Je précise que je suis retraité depuis peu et ancien informaticien de métier. À ce titre, j’ai pu constater “de l’intérieur de l’informatique” à quel point l’usage actuel du numérique (Internet, téléphones portables, objets interconnectés, etc.) était devenu une véritable calamité: secteur hautement énergivore et polluant en lui-même, accroissant et amplifiant encore les effets écologiquement négatifs de tous les autres secteurs d’activités économiques, menace majeure pour nos libertés, pour notre vie privée et pour la démocratie en général, facteur favorisant le capitalisme financiarisé, consumériste, productiviste et extractiviste à outrance, effets addictifs, nuisance pour la santé physique et mentale, augmentation des inégalités, etc., etc..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf + dix =