Départ de la caravane à vélo décroissante

Prenez part à la caravane à vélo décroissante qui roule à la conférence internationale sur la décroissance à Leipzig et rejoignez-nous! … même si c’est que pour une petite étape!

Le départ aura lieu le 3 août à 10h sur la Plaine de Plainpalais à Genève avec une critical mass à vélo contre les OGM jusqu’à Morges, organisée en collaboration avec STOP OGM.

Merci de nous annoncer votre présence, vous trouvez les dates des différents arrêts sur notre page Web: http://velokarawaneleipzig.wordpress.com

Roulons ensemble pour un été qui bouge!

Caravane à vélo Leipzig

Soirée de soutien en faveur de la caravane à vélo

Le comité de la caravane à vélo pour rouler à la conférence sur la décroissance à Leipzig vous invite touTEs à la soirée de soutien du 19 juin à l’espace autogéré. C’est l’occasion de mieux connaître notre groupe et notre projet ou simplement passer une soirée conviviale avec nous autour d’un repas végan.

Où: Espace autogéré à Lausanne

Quand: Jeudi, le 19 juin vers 20h

Caravane à vélo Leipzig

Cafe_decroissance

Le ROC-Fribourg – Réseau d’Objecteurs de Croissance de Fribourg – a le plaisir de vous inviter à son troisième Café-Décroissance. Son thème :

AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET DURABILITÉ FACE A LA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE DU CANTON DE FRIBOURG

le jeudi 12 juin à 20h00 à la Maison de quartier de la Basse-Ville, Planche-Inférieure 18, Fribourg

MM Jean-Claude Verdon, aménagiste, et Laurent Thévoz introduiront le débat qui sera animé par Jacques Mirenowicz, de LaRevueDurable.

Merci de faire circuler cette invitation dans vos réseaux.

Signez la pétition du comité STOP TISA

 Source du texte ci-dessous: ATTAC Suisse (http://www.suisse.attac.org/Signez-la-petition-du-comite-Stop)

  –> P E T I T I O N ! ! ! <–

Le 25 mars 2014, au cours d’une conférence de presse organisée à Berne, le comité Stop TiSA ! s’est officiellement présenté et a annoncé le lancement d’une pétition contre l’Accord sur le commerce des services (TiSA en anglais). A l’instar du mouvement international d’opposition (http://stop-tafta.info/wiki/Accueil), différents partis, associations et syndicats, dont attac suisse, s’opposent fermement à la signature du traité de commercialisation des services discuté en secret par le SECO et les milieux économiques suisses.

Vous trouvez toutes les informations utiles sur cette comité et pouvez dès à présent signer la pétition à cette adresse : http://stop-tisa.ch/wordpress/?page_id=96

Voici également un texte d’introduction sur la problématique des accords de libres échanges qui détruisent la démocratie :

TiSA : quand le libre-échange menace la démocratie

Qu’est-ce que TiSA ?

TiSA, en anglais, signifie Trade in Services Agreement ou en français Accord sur le Commerce des Services (ACS). Cet accord vise la libéralisation totale du « marché des services ». Lancé sur initiative des Etats-Unis et de l’Australie en 2012, TiSA se trouve actuellement en phase de négociation. Une cinquantaine de pays (y compris ceux de l’Union Européenne) en font partie , dont la Suisse. Le sixième round a eu lieu en février 2014 à Genève. Négocié en dehors du cadre de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), cet accord, une fois conclu, devrait toutefois s’élargir à l’ensemble des pays.

Contourner le blocage de l’OMC

Suite au blocage des négociations du cycle de Doha de l’OMC, les accords bilatéraux entre pays se sont multipliés dans le but de faire avancer la libéralisation des échanges. Récemment, des négociations ont été engagées en vue de trois grands accords plurilatéraux et cela dans le plus grand secret, à savoir :

TiSA (ou ACS) : Accord sur le Commerce des Services auquel participe la Suisse ;

APT (ou TAFTA) : Accord de Partenariat Transatlantique, entre les Etats-Unis et l’Union Européenne ;

TPP : Accord de Partenariat Trans-Pacifique auquel participent : Etats-Unis, Canada, Mexique, Japon, Australie, Malaisie, Chili, Singapour, Pérou, Vietnam, Nouvelle-Zélande, Brunei.

Si les contenus des négociations de l’APT et du TPP sont du moins partiellement connus grâce à des fuites, on ne sait pratiquement rien de concret sur TiSA, ni le parlement suisse ni le public ne sont informés. Les grandes entreprises, en revanche, sont étroitement associées aux négociations dans le cas des trois accords, accèdent aux informations, voire imposent leur agenda.

Que signifie libéralisation des échanges de services ?

Le but de TiSA est d’ouvrir à la concurrence internationale tous les services et de renoncer à toute protection des fournisseurs de services locaux ou nationaux. Si dans un domaine, des services privés existent à côté des services publics (par exemple hôpitaux, écoles), les deux auraient droit aux mêmes subventions, au nom de la « concurrence libre et non faussée ». Ainsi, par exemple, une université américaine pourrait s’établir en Suisse demandant un financement à la hauteur des universités publiques, aux frais du contribuable. Cet accord ouvre grand la porte à la privatisation du secteur public pour le seul profit des grandes entreprises. Les domaines de la santé et de l’éducation, par exemple, sont en effet d’immenses marchés potentiels.

La démocratie menacée

Ce qui est en jeu ici c’est le droit démocratique de déterminer quels services les collectivités publiques veulent mettre à disposition des citoyens, quelles règles adopter pour promouvoir la culture, protéger l’environnement, garantir l’accès à la formation et à la santé pour tous. Tout deviendrait une simple marchandise au plus grand profit des multinationales. En plus, de tels accords commerciaux comportent l’instauration de tribunaux d’arbitrage échappant aux droits des Etats contractants. Les entreprises peuvent ainsi porter plainte contre les Etats si elles se sentent lésées et demander des dédommagements qui peuvent atteindre des sommes faramineuses. Il est prévu que l’accord TiSA soit signé en 2014 déjà. Le parlement suisse sera ensuite appelé à le ratifier sans pouvoir en modifier ne serait-ce qu’une virgule. Il est à craindre que le parlement refuse de soumettre l’accord au référendum facultatif.

 

Le ROC Juras s’engage aux côtés d’ATTAC et se donne rendez-vous le vendredi 6 juin 2014 à 20h à La Marmite à Clous à Delémont pour commencer la récolte des signatures en format papier.

 

Café décroissance à Lausanne sur les biens communs

Les communs: un paradigme pour la transition

Cafe_decroissance

Mardi 10 juin, 19h à Pôle Sud, Av. Jean-Jacques Mercier 3, 1003 Lausanne

Invité: David Bollier, le chercheur et militant américain le plus emblématique du nouveau mouvement des communs.

David Bollier se consacre depuis une douzaine d’années à l’enjeu des communs, dialoguant aussi bien avec les pionniers du logiciel libre ou des licences Creative Commons qu’avec des groupes de paysannes indiennes ou des représentants de peuples indigènes.

Dans un livre qui vient de paraître en France (La renaissance des communs. Pour une société de coopération et de partage, Paris, éditions Charles Léopold Mayer, 2014), il propose une « brève introduction » aux communs. L’ouvrage entend expliquer ce qui rapproche les pratiques et les initiatives disparates que l’on regroupe aujourd’hui sous le terme de « communs », et en quoi elles dessinent ensemble une alternative pratique au néolibéralisme, mais aussi une nouvelle source d’inspiration et de propositions pour les mouvements progressistes et de la transition écologique, sociale et citoyenne.

La soirée est organisée par ROC-VD dans le cadre de ses « cafés décroissance » et en partenariat avec Pôle Sud, le Réseau romand des communs, l’association Ecoattitude, le Forum pour une nouvelle gouvernance mondiale et la Fondation Charles Léopold Mayer.

Pour les non-anglophones, une traduction vers le français sera assurée par Olivier Petitjean, de la revue Basta!, et traducteur du livre de David Bollier La renaissance des communs.

Entrée libre.

Informations pratiques

Quoi ?

Le débat se continue de manière informelle autour d’une soupe que le ROC-VD vous prépare.  L’idée est que nous nous chargeons de cette soupe, et que vous apportiez, si vous le désirez, de quoi compléter cette soupe. Vous pourrez également acheter un verre au bar comme auparavant.

Organisation : Réseau Objection de Croissance – Vaud (ROC-VD)  en collaboration avec Pôle Sud 

Où ? :  Pôle-Sud, Avenue Jean-Jacques Mercier 3, 1003 Lausanne (Métro M1-M2, arrêt Flon)

Au plaisir de vous retrouver nombreux et nombreuses!

Un Café décroissance sur l’antiproductivisme

Cafe_decroissance

Le Réseau Objection de Croissance vaudois (ROC-VD) a le plaisir de vous inviter à son prochain café-décroissance :

Mardi 6 mai 2014

 19h – 21h45
Pôle-Sud, Lausanne

L’antiproductivisme :

opportunité ou pomme de la discorde pour la gauche ? 

Invité :

Michel Lepesant, militant-chercheur décroissant français, coordinateur de l’ouvrage «L’antiproductivisme: un défi pour la gauche?» (Parangon, 2013) et auteur de
«Politique(s) de la décroissance» (Utopia, 2013).

Le résumé 

Le productivisme appartient au logiciel commun de la gauche et du monde que la gauche prétendait critiquer. Le capitalisme comme le socialisme ayant réellement existé ont été et sont productivistes.

Lire la suite

Des nouvelles de la caravane à vélo pour aller à Leipzig!

Caravane à vélo Leipzig
Pourquoi rouler ensemble à Leipzig ?

Il s’agit d’un voyage décroissant et convivial pour aller à la 4eme Conférence Internationale sur la Décroissance qui aura lieu du 2 au 6 septembre à Leipzig. http://leipzig.degrowth.org/de/

La décroissance propose une alternative à la croissance économique et à la société qu’elle engendre. Elle vise à changer nos habitudes et à montrer qu’un autre monde est possible en suivant la devise : moins mais mieux ! Nous remplaçons l’individualisme, la consommation, le profit et la concurrence par la solidarité, la convivialité, la coopération et la simplicité volontaire afin de construire une société plus participative, équitable et durable.

Le chemin est le but

Le but du voyage à vélo est de favoriser l’échange, les rencontres et les nouvelles expériences le long du chemin. En autogestion, la caravane parcourra durant 1 mois la route jusqu’à Leipzig en alliant simplicité et joie de vivre.

Objectif de route
· Visites de projets, d’initiatives, de groupes et de festivals qui partagent des valeurs de la décroissance.
· Faire des actions telles que des manifestations
· Expérimenter diverses formes d’hébergement telles que le camping, les centres culturels, les squats…

PRENNEZ PART A LA CARAVANE A VELO, ET PARTAGEZ AVEC NOUS UN ETE EN MOUVEMENT !

http://velokarawaneleipzig.wordpress.com/

caravaneleipzig@gmail.com

Café-décroissance à Lausanne, mardi 1er avril 2014

Longo maï: utopie et réalité

Mardi 1er avril à 19h à Pôle Sud

Invités: Claude Braun et Caroline Meijiers, membres de Longo Maï

«Pour que cela dure longtemps.» C’est ce que signifie Longo maï en provençal. En fêtant leur quarantième anniversaire cette année, les coopératives de Longo maï peuvent prétendre avoir réussi leur pari initial. Elles constituent d’ailleurs l’une des seules communautés «utopiques» depuis le XIXe siècle à avoir duré plus d’une génération. Près de deux cents adultes vivent sur un pied d’égalité, sans salariat, de manière horizontale et démocratique, dans une dizaine de fermes en Europe.

A l’heure où une exposition célèbre, à Pôle Sud, cet anniversaire, Claude Braun et Caroline Meijiers nous offrent leurs regards sur trente ans d’une vie à la campagne, sans propriété privée ni salariat. Claude a vécu sur différents sites avant de s’installer en 2003 dans la ferme du Montois, dans le Jura suisse, qui compte quatorze habitants. Caroline Meijiers est quant à elle arrive à Longo Mail en 1982, en France tout d’abord, puis s’est installée en Suisse à partir de 1994.

Lire la suite

Disco-soupe à Lausanne, jeudi 10 avril 2014

Disco-soupe à Lausanne, Place de l’Europe, jeudi 10 avril, 15h-19h

Le 10 avril prochain se tiendra à Lausanne, à la place de l’Europe, une disco-soupe organisée par les associations estudiantines Unipoly et SlowFood, qui s’activent notamment en faveur du développement durable.

Le but de cet événement est de sensibiliser le public au gaspillage alimentaire pratiqué en occident, non seulement à titre individuel et familial dans les ménages, mais également causé par le mode de production et de distribution. Entre autres pratiques agroalimentaires incohérentes, les gros distributeurs imposent par exemple aux producteurs des normes de calibrage insensées, générant inévitablement des excédents de productions passant à la poubelle alors même qu’il s’agit d’aliments propres à la consommation.

Afin de lutter contre ce gaspillage indécent, et d’ouvrir un débat public à ce propos, Unipoly organise une disco-soupe, événement sans but lucratif qui prend place dans l’espace plublic, et où les passants sont invités à venir cuisiner des aliments « déclassés » et récupérés à cette occasion. Ainsi on épluche, coupe, cuit et déguste au son de la musique, puisque les disco-soupe sont par nature festives, et convient souvent des musiciens qui ajoutent à la convivialité et à l’esprit de fête du moment.

Avis à tous les curieux, gourmands, et cuisiniers de tous poils, qui souhaitent réagir concrètement face au gaspillage, venez nombreuses et nombreux, accompagnés de vos enfants, parents, amis et voisins, avec vos couteaux et éplucheurs pour partager une soupe aux mille saveurs, et faire mijoter vos idées dans la convivialité. Rendez-vous le jeudi 10 avril, de 15h à 19h, à la Place de l’Europe.

Pour plus d’information, discosoupe@hotmail.ch